Stérilet en cuivre et acné

stérilet en cuivre et acné

Votre stérilet en cuivre vous donne-t-il de l’acné ?

Oui ! Votre stérilet en cuivre peut vous donner de l’acné !

Ce n’est pas le cas de tout le monde mais je rencontre malheureusement en consultation des femmes pour qui le DIU a déclenché de l’acné. 

Stérilet en cuivre et acné ? Attention à bien faire la différence :

  1. Vous avez pris une contraception hormonale et choisi de passer au DIU cuivre. Attention, il peut y avoir une réaction post-pilule avec une flambée d’acné le temps que le corps se remette des super hormones de synthèses. Ça peut être long !
  2.  Il se peut aussi que la contraception hormonale ait camouflé pendant des années d’autres problématiques hormonales qui occasionnent de l’acné et que vous avez découvertes en arrêtant la pilule.

Dans cet article, je m’adresse aux personnes qui ont vu leur acné ou leur rosacée entre autres symptômes, progresser de manière visible suite à la pose de leur stérilet cuivre.

Mon conseil : vos cycles naturels sont précieux et c’est un cadeau à se faire que d’observer la valse étourdissante de nos hormones féminines tout au long du mois ! Prenez du recul, faites une pause dans la contraception si possible (le préservatif c’est pratique dans ces cas-là !) C’est important pour comprendre comment la contraception peut être néfaste ou pas à notre métabolisme. Choisissez en conscience en fonction de votre profil !

Découvrez maintenant par quel biais le cuivre déclenche ou exacerbe les phénomènes inflammatoires dans votre corps, dont l’acné et la rosacée !

Un brin d’histoire

  • C’est en 1909 que le docteur allemand Richard Richter crée le premier DIU, à l’époque en forme d’anneau, et fabriqué avec des fils de soie.
  • 20 ans plus tard, Ernst Gräfenberg améliore le produit et propose sa nouvelle version, agrémentée d’un fil en alliage d’argent qui contient à l’époque 26% de cuivre (mais ça le docteur Grafenberg l’ignore car l’utilité du cuivre dans la contraception n’est pas encore découverte…)
  • En 1960, Lazar Margulies, obstétricien, y ajoute deux fils de nylon souple toujours présents aujourd’hui qui permettent la facilité du retrait.
  • En 1969, le cuivre, enfin reconnu pour ses propriétés spermicides fut ajouté aux DIU pour donner le dispositif que nous connaissons aujourd’hui !

(Notons qu’une horde d’hommes s’est empressé de trouver des solutions pour nous les femmes… J’aurais bien aimé qu’ils pensent à une solution pour eux, étant fertiles 365 jours par an contre 8 jours par mois pour nous, ça aurait pu être intéressant… et moins invasif.)

Il est actuellement en forme de « T » et se place à la verticale, « bras » repliés, derrière le col de l’utérus. Personnellement je le nomme l’arbalète utérine ! Ça ressemble, non ?

stérilet en cuivre et acné

Stérilet en cuivre : comment ça marche ?

Un effet contraceptif sans hormones de synthèse mais alors ça marche comment ? Par le cuivre lui-même !

Dans l’utérus, il exerce une action toxique sur les spermatozoïdes en diminuant leur mobilité. Cela va limiter, altérer, les interactions entre l’ovule et les spermatozoïdes et empêcher a priori la fécondation. 

Et si cela devait se produire (ça arrive rarement mais les stats sont là pour nous rappeler que rien n’est fiable à 100%), le cuivre a un autre (super) pouvoir : son mode opératoire est d’inflammer la muqueuse utérine rendant impossible l’implantation de l’œuf. Donc nous en sommes là, porter un DIU cuivre revient à être en état inflammatoire permanent.

Ce qu’il faut savoir également c’est que l’efficacité de ce stérilet dépend intrinsèquement de la teneur en cuivre. Les valeurs ont augmenté passant de 200 à 380 mm2 de cuivre le rendant encore plus efficace et parfois au détriment de certaines femmes (les stats toujours !)

La teneur en cuivre : le problème de fond

Le cuivre est un métal lourd que nous avons déjà en circulation dans notre corps !

Et nous en avons besoin pour un certain nombre de processus et de fonctions.

On le trouve principalement dans les muscles et le foie, où l’excès de cuivre est filtré dans les déchets. 

Si pour bon nombre d’entre vous, le stérilet en cuivre ne posera jamais aucun souci, l’acné due au stérilet en cuivre  fait malheureusement partie des dommages collatéraux en cas de problèmes ou de fragilités pré-existantes et vous êtes nombreuses dans ce cas en consultation.

Acné, problèmes inflammatoires au niveau vaginal et/ou intestinal, douleurs intenses, flux trop abondants provoquant des carences, allergie, sensibilité aux métaux lourds, candidose, système immunitaire affaiblie, migraines… pour les principaux symptômes.

En clair :

  • Soit le cuivre de votre stérilet peut générer un taux de cuivre libre (j’explique plus loin la notion de cuivre libre non lié) un peu trop élevé en circulation dans notre corps, ce qui va avoir parfois des conséquences fâcheuses.
  • Soit l’état inflammatoire permanent dans l’utérus va être le point de départ de l’exacerbation de bien d’autres inflammations.

Je précise à toutes fins utiles que nous parlons de personne qui ont déclenché de l’acné, de la rosacée suite à la pose du stérilet mais qui n’avaient pas de problèmes de peau ou nettement moins, avant, même sans pilule contraceptive car comme vous le savez la pilule masque souvent les soucis d’acné hormonale. Il faut donc avoir eu du recul sur ses cycles et être certaine que c’est bien le DIU cuivre qui a créé le souci.

Ce qu’il se passe dans notre foie : le point de départ

Quand le cuivre se présente au foie, il s’apprête à être transformé/lié avec la  céruloplasmine (protéine). C’est ainsi que la majeure partie du cuivre en circulation dans notre corps est liée et non libre. 

Mais il arrive que sous l’effet de certains paramètres (le stress notamment) il y ait une baisse de ressources de la protéine céruloplasmine et que le cuivre se retrouve alors en circulation libre et ne puisse être métabolisé. C’est là que se trouve le problème !

Et malheureusement c’est une histoire sans fin car vous aurez un excès de cuivre libre et cet excès par conséquent va freiner la capacité des protéines de liaison du cuivre à se lier à lui… C’est un cercle non vertueux !

Stérilet en cuivre et acné : les relations de causes à effets

La teneur en cuivre et l’inflammation créée sont impliquées dans le métabolisme des œstrogènes, de l’histamine et des neurotransmetteurs. Si vous avez constaté certains  changements négatifs après la pose de votre stérilet, il peut être intéressant de creuser !

Le cuivre, les oestrogènes, l’hyperoestrogénie (relative ou absolue)

La céruloplasmine (souvenez-vous en début de post, c’est la protéine sérique qui se lie au cuivre) et l’œstrogène fluctuent ensemble.
Lorsque le cuivre augmente, l’œstrogène augmente également, ce qui est aussi une des causes/conséquences de l’hyperoestrogénie, relative ou absolue (oui ça marche aussi avec les xéno-oestrogènes !!). On retrouvera notamment des soucis de SPM accru par exemple.
Un excès de cuivre est associé au syndrome prémenstruel, au syndrome des ovaires polykystiques, endométriose, adénomyose, etc. Ce qui arrive malheureusement c’est que la pose du stérilet va être comme l’étincelle qui manquait pour réveiller un souci de SOPK ou endométriose.
SI vous avez déjà une pathologie de cet ordre qui vous a été diagnostiquée, la pose du stérilet en cuivre peut malheureusement empirer votre condition.

Le cuivre & la thyroïde

L’œstrogène contribue également directement à la perturbation de la thyroïde, en particulier dans les cas de dominance d’oestrogène. Il présente chimiquement une structure similaire à T3 (triiodothyronine/forme active de l’hormone thyroïdienne), capable de bloquer les sites des récepteurs thyroïdiens sur la membrane cellulaire.
Le cuivre peut aussi s’accumuler dans la glande et perturber la conversion de la T4 (thyroxine) en T3R(R pour reverse ou inverse), la forme inactive.

Tout ceci peut conduire à une hypothyroïdie dont les symptômes communs sont : fatigue, frilosité, extrémités froides, perte de cheveux, yeux gonflés le matin au réveil, pour les symptômes courants.

Le cuivre & les neurotransmetteurs

Avez-vous noté un changement d’humeur et / ou d’état d’esprit ? 

Le cuivre en tant que neurotoxine va impacter nos niveaux de neurotransmetteurs : ainsi notre dopamine va baisser (manque d’entrain, fatigue dès le réveil, peu de motivation) notre noradrénaline va être en hausse (agitation, énervement, difficulté de trouver le sommeil etc.) 

Les taux élevés de cuivre interfèrent également avec le GABA responsable de l’état de détente et de relaxation. Le GABA fonctionne avec un binôme qui inversement procure de l’excitation, vous voyez le souci ? En cas d’excès de cuivre il n’ y a plus de binôme qui tienne, le glutamate n’est plus converti en GABA. Au programme : irritabilité, anxiété.

Le cuivre est aussi impliqué dans les variations d’histamine qui est responsable de la réponse allergique. Observez-vous : éternuez-vous fréquemment après les repas ? Le nez qui coule après avoir mangé ? Yeux qui grattent ? Réaction cutanée ? Etc.

Le cuivre & l’épuisement surrénalien

Le stress à long terme va influencer les niveaux de cuivre libre et inversement.

Lors des périodes stressantes, les glandes surrénales produisent de l’adrénaline, du cortisol et de l’aldostérone. Plus l’état de stress devient chronique et répétitif plus votre corps va sécréter de l’aldostérone ce qui va conduire à la rétention du cuivre mais aussi à vider les niveaux de magnésium et de zinc. Si vous avez le sentiment d’être épuisée, en état de burn-out, une agitation permanente avec une difficulté à retrouver votre calme après la tempête, il est sûrement temps de faire un bilan pour voir où en sont vos réserves de cortisol, excès ou appauvrissement ?

Cuivre & interactions avec d’autres oligo éléments

Le zinc et le cuivre ont une relation antagoniste, une carence en zinc va influer le niveau de cuivre libre et inversement une teneur élevée en cuivre libre va vider les réserves de zinc.

Il faut savoir que le zinc joue des rôles majeurs dans la production de certaines hormones et neurotransmetteurs mais aussi dans la fabrication de l’acide chlorhydrique et c’est lui aussi qui contribue à la perméabilité de la muqueuse intestinale.

Il permet aussi l’excrétion du cuivre dans la bile. Si vous avez un doute, consultez : il est probable que l’on vous recommande de prendre a minima du zinc, du molybdène et du manganèse pour aider à métaboliser le cuivre en excès.

Le cuivre & les intestins

Le déséquilibre du cuivre va générer des modifications au niveau du microbiome permettant ainsi le développement de levures et parasites dans le tractus intestinal. Par ailleurs l’épuisement des réserves de zinc (lire au-dessus) va également provoquer la perméabilité de la muqueuse intestinale, la diminution d’acide chlorydrique, des intolérances alimentaires.

Si vous avez déjà une problématique intestinale avérée, il serait vraiment intéressant d’envisager un autre moyen de contraception.

Stérilet en cuivre et acné : conclusion

Cet article informatif vous a donné une vision. Peu de femmes vont mal réagir au cuivre de leur stérilet mais en consultation, j’en rencontre fréquemment car l’acné est un symptôme, entre autres. Oui un stérilet cuivre peut faire flamber un SOPK, être l’étincelle qui va déclarer de l’endométriose qui n’avait besoin que d’un petit coup de pouce pour se réveiller, exacerber une rosacée, déclarer la guerre à votre peau. C’est possible mais clairement pas systématique.

Si vous avez noté des changements entre 1 et 8 mois après la pose de votre stérilet, consultez. Il y a plusieurs manières de tester vos niveaux de cuivre et de zinc.

Si vous décidez d’enlever votre DIU cuivre, faites-vous accompagner. Il y a de nombreuses choses à mettre en place pour aider votre corps à excréter le cuivre 🙂

N’hésitez pas également à prendre rendez-vous avec moi pour que nous puissions trouver ensemble des solutions en consultation .

Partagez cet article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laissez-nous un commentaire

Vous allez aussi aimer...

Nos catégories d'articles

Catégories